Blog

La Bioveresse : première absinthe bio de Suisse

Bioveresse, la première absinthe bio de Suisse

C’est la première absinthe biologique de Suisse ! Sortie en 2018 de l’alambic de Philippe Martin, la Bioveresse se brode de huit plantes dont quatre sont cultivées par le distillateur, dans son jardin en face de sa distillerie. À découvrir sans attendre sur AbsintheMarket !

Absinthe Bioveresse 100cl

CHF 79.00
Voici la seule absinthe suisse de production biologique ! Sans anis étoilé ni réglisse, elle s'infuse de notes rustiques et terreuses, sublimées par de puissantes notes florales et végétales. Bonne pour le palais et pour la planète. Distillerie : Absinthe La Valote Martin, Philippe Martin Teneur en alcool : 55° Contenus disponibles : 100cl, 50cl, 10cl, 4cl

Absinthe Bioveresse 50cl

CHF 44.00
Voici la seule absinthe suisse de production biologique ! Sans anis étoilé ni réglisse, elle s'infuse de notes rustiques et terreuses, sublimées par de puissantes notes florales et végétales. Bonne pour le palais et pour la planète. Distillerie : Absinthe La Valote Martin, Philippe Martin Teneur en alcool : 55° Contenus disponibles : 100cl, 50cl, 10cl, 4cl

Absinthe Bioveresse 10cl

CHF 19.00
Voici la seule absinthe suisse de production biologique ! Sans anis étoilé ni réglisse, elle s'infuse de notes rustiques et terreuses, sublimées par de puissantes notes florales et végétales. Bonne pour le palais et pour la planète. Distillerie : Absinthe La Valote Martin, Philippe Martin Teneur en alcool : 55° Contenus disponibles : 100cl, 50cl, 10cl, 4cl

Une longue recherche du goût parfait

Confectionner une absinthe bio ? Facile, diront certains. Et pourtant. Quatre ans auront été nécessaire à Philippe Martin pour trouver le juste équilibre entre les arômes. Car il y avait un hic : trouver les plantes nécessaires de culture biologique.

Pour la grande et la petite absinthe, tout comme l’hysope et la mélisse, pas de souci : il les cultive lui-même sans pesticide, dans son jardin de 250 m2 déjà soumis aux exigences drastiques du Bourgeon Bio Suisse. Mais pour les autres plantes, ce fut plus compliqué.

« J’ai trouvé de l’anis vert et du fenouil bio en Suisse mais j’ai dû renoncer à d’autres plantes, impossibles à trouver en culture biologique, comme la réglisse et l’anis étoilé. »

Tant pis, le distillateur s’en passera.

Huit plantes seulement pour des saveurs robustes et rustiques

À l’ombre de sa superbe distillerie, nichée au Val-de-Travers, dans la plus vieille ferme à absinthe du pays (1777), l’artisan commence ses expérimentations. Une. Puis deux. Mais elles ne sont pas satisfaisantes.

« Je ne voulais pas me contenter de créer une absinthe bio pour surfer sur le mode. Il fallait qu’elle soit bonne. » Alors il recommence. Jusqu’à parvenir à l’équilibre idéal, sans la douceur de la réglisse et la rondeur de l’anis vert.

En résulte cette absinthe unique, sèche, robuste, aux arômes résolument ancrés dans le terroir.

Il l’appellera « Bioveresse », comme une évidence. En hommage au charmant village de Boveresse où se dresse la distillerie La Valote Martin. Boveresse et son séchoir à absinthe historique (1893), qui fut l’épicentre de la culture des plants d’absinthe en Suisse, avant qu’elle ne soit interdite en 1910, tout comme le breuvage.

Une absinthe rustique pour palais entraînés

Myriam Monot, notre dégustatrice, qualifie cette Bioveresse de « rustique », aux arômes terreux. Elle souligne son amertume puissante, relevée de belles brassées végétales mais aussi florales, typiques de l’absinthe récoltée dans le sol calcaire du Val-de-Travers. Avec une louche, ce phénomène d’opacification de l’absinthe pure au contact de l’eau, moins marquée qu’une absinthe classique.

Une absinthe pour palais initiés qui apprécieront son authenticité : elle ne minaude pas sous une suavité trop évidente. Et a déjà trouvé ses adeptes. Notre dégustatrice en fait partie.

Philippe Martin, un distillateur créatif et engagé

Philippe Martin compte parmi les jeunes distillateur pleins de talent et de créativité que nous sommes fiers de compter parmi nos artisans.

Sa passion pour l’absinthe, il la tient de son père, Francis, éminent clandestin au temps de la prohibition, qui distilla à l’ombre de la loi durant plus de 33 ans. Il a transmis tous ses secrets et ses recettes à son fils, qui n’a pas hésité à renoncer à une carrière prometteuse dans une multinationale américaine, pour continuer à faire vivre la tradition familiale.

Philippe confectionne aujourd’hui une dizaine de nectars salués par les prix les plus prestigieux, en Suisse et à l’étranger ; de la puissante Originale (72° d’alcool) à la douce Marylin, en passant par la verte Esmeralda aux notes d’agrumes ou la Grenouillarde, parfaite pour s’initier…

La Bioveresse découle d’un vrai engagement pour la planète, lui qui participait en 2019, avec 40 autres familles du Val-de-Ruz (NE), au défi « zéro déchet ».

Sa Bioveresse compose aujourd’hui 4 % de sa production annuelle de quelque 9000 litres.